Pour un enfant qui souffre de dermatite atopique, la rentrée à l’école est une étape qui peut être très intimidante. Parce que la réalité de l’eczéma est encore (trop) méconnue, il est souvent préférable de prendre les devants pour s’assurer que tout se passe bien.

Voici comment réussir à anticiper tous les problèmes dans la bonne humeur :

Se détendre !

Environ 15% des enfants sont concernés par la dermatite atopique. Donc pas de panique : votre bout de chou n’est pas tout seul ! De plus, dans 80% des cas, l’eczéma va disparaître tout seul en 3 à 6 ans.

Alors oui, il y a des précautions à prendre pour que sa scolarité se déroule dans de bonnes conditions, mais ce n’est pas une fatalité non plus.

Il y a simplement deux règles d’or à garder à l’esprit :

  • Restez zen. Les enfants sont des éponges à émotions, alors si vous stressez, votre bambin va ressentir votre peur. Il risque donc d’appréhender la rentrée scolaire sans même savoir pourquoi. De surcroît, le stress est un facteur favorisant les poussées, ce qui n’arrange rien.
  • Misez tout sur la prévention et l’organisation. À vous de vous assurer que les enseignants et votre enfant ont toutes les cartes en main pour bien gérer cette pathologie à l’école et durant les activités scolaires.

Parlez à votre enfant

Votre bout de chou n’est pas dupe ! Il voit bien que sa peau ne ressemble pas à celle des autres enfants. À l’école, il va devoir affronter leurs réflexions et subir des situations qui peuvent être éprouvantes (moqueries, remarques désobligeantes).

Il aura donc un grand besoin de soutien affectif durant cette période. De plus, il faut lui donner la possibilité de s’exprimer à tous les niveaux afin de limiter l’impact psychologique de la dermatite atopique.

Vous pouvez agir de plusieurs façons :

  • D’abord, évoquez avec lui le phénomène d’intimidation à l’école, mais aussi l’acceptation de la diversité et de la différence.
  • En parallèle, familiarisez-le avec tous les aspects de sa maladie, pour qu’il se sente à l’aise et autonome.
  • Ensuite, rappelez à votre enfant que la dermatite atopique ne peut pas être transmise aux autres enfants, qu’il n’est pas fautif et que l’hygiène n’a rien à voir avec sa maladie.
  • Enfin, soyez à l’écoute : il doit pouvoir vous poser des questions librement, sentir que vous le comprenez et être libre de dire son ressenti.

Sensibilisez les enseignants

Tous les instituteurs(trices) et les professeur(e)s ne sont pas suffisamment informés concernant la dermatite atopique de l’enfant. Collaborez avec eux en leur fournissant des fiches explicatives et des liens vers des ressources éducatives.

N’hésitez pas à leur fournir une liste des problèmes de comportements que votre enfant peut rencontrer à cause de l’eczéma. Par exemple, il peut avoir du mal à rester en place immobile, mais aussi se gratter en permanence, avoir des problèmes à se concentrer, ou encore manifester de la fatigue et de la somnolence (s’il a mal dormi la nuit précédente).

Dressez aussi une liste de mesures à appliquer pour éviter les crises :

  • Éloigner votre enfant des sources de chaleur (radiateur, fenêtres, bouches d’aération) mais aussi enlever son pull (notamment en laine) et proscrire les cols roulés.
  • Le cas échéant, choisir un uniforme scolaire en coton.
  • Utiliser un gel sans détergeant ou un savon adapté pour le lavage des mains (à vous de fournir le produit).
  • Faire attention à ne pas déclencher ou aggraver les symptômes de dermatite atopique de votre enfant en fonction des activités réalisées. Il faut notamment surveiller les réactions de l’épiderme aux gants en latex, aux petits animaux, à certains matériaux (colle, métaux, bois, argile/pâte à modeler, peinture), aux plantes comme le ficus…
  • Demander à ce que votre enfant se lave les mains après chaque activité.
  • Protéger sa peau (crème solaire, lunettes de soleil, chapeau) en cas de sorties scolaires au soleil.
  • Choisir un sport adapté et protéger la peau contre les frottements.
  • Sur ordonnance/mot du médecin traitant, solliciter une autorisation pour que l’enfant puisse appliquer son émollient ou sa crème hydratante si besoin.

Dans quels cas demander un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) ?

Le PAI est à solliciter auprès du Directeur de l’école si votre enfant souffre d’une dermatite atopique associée à une allergie respiratoire (aux acariens, aux pollens…) ou/et alimentaire.

Le médecin scolaire suit le plus souvent ce qui est préconisé par l’allergologue ou le médecin traitant. Les premiers secours pourront notamment être administrés à votre enfant dès l’apparition des premiers symptômes.

Laisser un commentaire

Dooderm