L’eczéma des mains est une pathologie qui touche essentiellement les adultes, surtout les femmes. Elle représente 20 à 35% des dermatoses des mains. Dans 5% des cas, les personnes ayant une dermite des mains vont développer une forme chronique.

Les périodes où la peau est rouge succèdent aux phases d’accalmie, qui se manifestent par une peau sèche. Les poussées peuvent s’accompagner de douleurs et de démangeaisons.

L’eczéma des mains est apparent et il est peut s’aggraver au contact de certains produits professionnels/ménagers. C’est aussi ce qui le rend très difficile à vivre : il impacte la vie quotidienne à de multiples niveaux.

L’eczéma des mains dégrade la qualité de vie en profondeur.

Au niveau professionnel

Dans près de 8 à 9 cas sur 10, les dermatoses professionnelles constatées sont des eczémas des mains. Et dans plus de la moitié des cas, leur origine est professionnelle.

La dermite des mains va ainsi être causée par le contact avec des substances manipulées sur le lieu de travail. Il peut s’agir de parfums, de colorants, de certains métaux (chrome, nickel…), de végétaux, de composants allergènes (contenus dans les produits ménager…).

La personne qui en souffre est alors contrainte de demander un arrêt de travail. L’absentéisme qui en découle (plus de un mois par patient selon la CNAM) va avoir une incidence sur l’évolution de la carrière des malades.

Parfois, il faut même aller jusqu’à faire constater une incapacité de travail. Dans le cas d’une incapacité permanente, si l’employeur ne trouve pas un poste comparable au précédent et compatible avec les recommandations du médecin du travail, le patient peut être licencié.

Certains secteurs d’activité sont particulièrement concernés : la santé, la coiffure, l’industrie agro-alimentaires, la métallurgie… Les malades chroniques doivent alors souvent envisager une reconversion professionnelle, ce qui est loin d’être toujours évident.

De plus, même lorsque l’eczéma des mains n’a pas une origine professionnelle, il peut avoir un impact sur la carrière des personnes concernées. En période de poussées, le contact avec la clientèle peut en effet s’avérer compliqué, tout comme l’exercice de certains métiers (notamment les métiers de bouche, surtout si les lésions sont infectées ).

Au niveau amical et amoureux

Le poids du regard des autres peut être particulièrement dur à supporter.

Lors des crises, l’aspect des mains peut rebuter l’entourage. Les amis et la famille vont aussi redouter une contagion (ce qui est faux) et par manque d’informations, ils peuvent aussi avoir des idées reçues sur l’eczéma.

Les multiples contraintes liées à la dermite des mains (éviter les excès de chaleur ou de froid, l’exposition au soleil dans certains cas, les frottements…) vont aussi conduire les malades à renoncer à pratiquer certaines activités sociales.  Certains préféreront éviter de rencontrer de nouvelles personnes, ce qui les conduit à se renfermer sur eux-mêmes.

Avoir une vie sentimentale est également complexe : comment oser aller à un premier rendez-vous en période de poussées ? Alors que le malade veut faire une bonne impression, l’apparence de ces mains va saper sa confiance en lui. Une réflexion malvenue, un regard de dégoût, une réaction de rejet… vont être d’autant plus mal vécues que le patient est déjà dans un état de détresse psychologique. Les répercussions sur l’estime de soi peuvent alors être durables, surtout si la personne n’a pas le réflexe de consulter un psychologue.

Dans ce contexte, de nombreux malades s’isolent et développent une phobie sociale. Elle va parfois jusqu’à la dépression.

Au niveau du bien-être quotidien

L’eczéma des mains peut être douloureux et s’accompagner de démangeaisons (plus ou moins intenses). La souffrance et l’envie de se gratter empêchent de dormir et donc de récupérer.

À cette fatigue constante, s’ajoute une difficulté supplémentaire : il faut en permanence veiller à éviter les facteurs aggravants.

Ils sont multiples :

  • L’absence de gants pour faire la vaisselle ;
  • Le contact répété avec l’eau ;
  • L’utilisation de certains produits ménagers ou de savons vendus dans la grande distribution ;
  • Se frotter les mains (pour se les sécher par exemple)
  • Le froid et la chaleur ;
  • Le stress ;
  • Le soleil ;
  • Le port de gants pendant plus de 20 minutes ;
  • Le manque d’hydratation de la peau ;

Les malades chroniques sont alors nombreux à développer de l’angoisse et de l’anxiété,  deux facteurs qui risquent de déclencher de nouvelles poussées.

Un impératif : sortir de l’isolement

Face à cette situation, il ne faut surtout pas rester dans son coin ! Il est important de prendre rendez-vous avec un dermatologue, mais aussi avec un psychologue si l’eczéma des mains est trop lourd à supporter. Plusieurs associations permettent aussi de libérer la parole et d’échanger avec d’autres personnes souffrant des mêmes maux.

Laisser un commentaire

Dooderm