Pour les adultes comme pour les enfants, le sport est indispensable pour garder la forme, pour se détendre ou tout simplement pour se faire plaisir.

Pourtant, les personnes qui souffrent d’une dermatite atopique renoncent souvent à pratiquer une activité physique par peur des sensations d’inconfort et d’une recrudescence des démangeaisons. Les enfants sont particulièrement exposés à ce phénomène : 78% seulement des enfants souffrant d’eczéma pratiquent une activité sportive, contre 92%pour les autres (source : étude menée par la Fondation pour la Dermatite Atopique).

Heureusement, sport et eczéma ne sont pas incompatibles ! Voici notre top 20 des bonnes pratiques à adopter :

S’informer avant de se lancer

1) Rougeurs et irritations, picotements, peau déshydratée… Le manque de préparation est souvent à l’origine des poussées d’eczéma liées au sport. Par conséquent, il est fondamental de prendre le temps de bien s’informer en amont pour apprendre à avoir les bons réflexes.

2) Anticiper aide aussi à mieux décrypter l’attitude de votre enfant. Par exemple, s’il vous dit « je n’aime pas le sport », il faut chercher à identifier le sens caché de cette affirmation. Le plus souvent, loin de rejeter le sport, il a en réalité peur de se montrer et de subir les réflexions des autres. A vous de le rassurer ! Expliquez-lui que chaque personne est différente : il y a des personnes qui sont blondes et d’autres brunes, certaines qui ont une peau grasse et d’autres de l’eczéma…

Adapter sa tenue

3) Sport et eczéma forment un cocktail un peu détonnant à cause de la transpiration, mais pas seulement ! Alors pour limiter l’eczéma, il est préférable de choisir des vêtements amples (une taille au-dessus de votre taille habituelle) en coton.

4) Assurez-vous que toutes les coutures se trouvent à l’extérieur.

5) Coupez les étiquettes (leur frottement sur la peau est très irritant).

6) Lavez systématiquement les vêtements avec une lessive liquide hypoallergénique après le sport et programmez un rinçage complémentaire pour diminuer les risques d’allergie.

7) Faites sécher les tenues de sport à l’intérieur durant les périodes riches en pollen (ex : le printemps)

8) En outre, pensez à apaiser la peau après l’effort en choisissant des vêtements, un pyjama ou du linge de lit contenant du fil d’argent.

Bien gérer la chaleur

9) Appliquez une crème hydratante avant votre séance pour protéger votre peau, même si vous n’avez aucune sensation de sécheresse cutanée.

10) Limitez la production de sueur et la dilatation des vaisseaux causant les rougeurs en évitant de pratiquer un sport en plein soleil. Toutefois, les activités physiques en extérieur restent les bienvenues : vélo, raid, trail, randonnée, … Faites-vous plaisir ! Il vous suffit de vous ménager des moments à l’ombre et hop, le tour est joué !

11) Buvez régulièrement de l’eau pour bien vous hydrater. Il suffit par exemple d’emporter partout avec soi une petite bouteille d’eau et d’en boire régulièrement quelques gorgées.

12) Par ailleurs, utilisez un spray d’eau thermale pour vous rafraîchir dès que vous commencez à avoir chaud. De plus, en s’évaporant, l’eau va diminuer la température de la peau.

13) « Qui veut voyager loin ménage sa monture » dit le dicton. Pour concilier sport et eczéma, adoptez la même logique en :

  • augmentant progressivement l’intensité de vos entraînements. Cette habitude est très bénéfique pour l’eczéma, mais aussi pour l’ensemble de votre organisme ;
  • variant les sports en fonction de l’état de votre peau. Ainsi, en cas de poussée d’eczéma, il est recommandé de ne pas avoir d’activité physique intensive.

14) Par ailleurs, quand vous séchez votre sueur,  évitez de le faire avec votre tee-shirt ! Pour combiner sans problèmes le sport et l’eczéma, investissez plutôt dans des poignées en éponge ou une serviette douce, et tamponnez délicatement.

15) Votre corps n’est pas une machine ! Plus vous allez forcer, plus vous allez avoir chaud. Par conséquent, afin d’éviter de basculer en mode « surchauffe », pensez à vous reposer régulièrement.

Chouchouter sa peau après le sport

16) Une fois votre activité physique terminée, filez directement sous la douche pour éliminer la sueur. Le must : un nettoyage tout en douceur, avec un gel douche sans savon et sans parfum, et un bon rinçage (comptez jusqu’à 30).

17) De plus, pensez à bien régler la température de l’eau : pour ne pas fragiliser votre peau, n’utilisez pas d’eau très chaude. Elle doit être tiède ou, encore mieux, fraîche (mais pas glacée !).

18) En dernier lieu, après la douche, calmez et soulagez votre peau en mettant sur tout le corps votre crème émolliente habituelle.

Être à l’écoute de son corps

19) Vos démangeaisons et tiraillements sont autant de précieux signaux d’alertes qu’il faut apprendre à écouter. Faire une pause, humidifier votre peau avec un brumisateur, boire de l’eau, se mettre à l’ombre voire interrompre la séance : en fonction de la situation, il y a toujours une solution.

20) Peau qui gratte ou qui pique, inconfort… Une mauvaise expérience par le passé ne doit pas vous dissuader de faire du sport ! L’activité physique que vous aviez choisi était peut être inadaptée, ou vous n’étiez simplement pas assez préparé. Osez renouveler l’expérience, quitte à faire plusieurs petites sessions de courte durée (environ 30 minutes) dans la semaine. Votre corps en a besoin !

Laisser un commentaire

Dooderm